Titre : Léo Dalcan et le cimetière des ombres 

Auteur : Claire Gilbert

Editeur : Terriciaë

Pages : 178

Date : 2013

Prix : 15 €

 

51nN2x-xbvL

 

RésuméUn soir, au cur de Paris, un messager du roi Vladimir, arrache Léo Dalcan à sa vie solitaire de vampire maladroit pour lui confier une mission : Il doit éradiquer le terrible virus de la maladie de Cruz qui décime les vampires sur d'anciennes terres Aztèques et qui risque de se propager au reste du peuple. Une lourde tâche que Léo accepte sans savoir qu'elle va la mener vers une aventure semée d'embûches et d'imprévus. Sur place, son guide est la belle et indomptable Izabel. Pourquoi Léo a-t-il été choisi pour cette mission ? Et si une grande destinée attendait Léo ? Saura-t-il mener à bien sa mission ?

 

Le livre Léo Dalcan et le cimetière des ombres m’a tout de suite attiré. J’adore les histoires de vampires et surtout tout ce qui tourne autour de la civilisation des Aztèques. Je ne pouvais pas passer à côté de ce livre de Claire Gilbert.

La couverture du livre est attractive et je trouve qu’elle dégage une aura de mystère, ce qui donne envie d’ouvrir le livre. Et du mystère, il y en a. Pas tellement autour du virus qui touche les vampires. C’est surtout sur le personnage de Léo Dalcan qu’on se pose beaucoup de questions. Lui-même ne se souvient pas de son passé et on est curieux de savoir quels secrets son esprit renferme. Ceci fait du personnage principal un personnage intéressant. Toutefois, Léo Dalcan est aussi un vampire pour lequel j’ai éprouvé rapidement de l’affection. S’il est attachant,  les autres personnages, même les plus secondaires, le sont aussi. Et c’est ce qui fait la force de l’ouvrage de Claire Gilbert selon moi. Tout le long du roman, j’ai partagé les sentiments des personnages. C’était comme si j’étais avec eux.

L’histoire en elle-même est prenante. J’ai trouvé original le fait qu’il existe un virus qui ne touche que les vampires. Des intrigues politiques viennent pimenter le tout. J’aurai cependant deux petits bémols à relever. Premier point, j’aurais aimé que l’univers des vampires soit un peu plus développé. En effet, j’ai tellement apprécié l’ouvrage que j’ai été un peu frustré de ne pas en lire plus. Second point, il aurait été bien, selon moi, de développer un peu plus le lien entre la mythologie aztèque et les vampires.

Quant à l’écriture de Claire Gilbert, elle est à la fois rythmée et douce. Fluide également, nous n’avons pas du mal à tourner les pages.

Pour conclure cette chronique, Léo Dalcan et le cimetière des ombres est un livre qui m’a fait passer un agréable moment ; et j’ai hâte de lire le second tome qui devrait aborder le passé du jeune vampire.