Voyage chez les nouveaux auteurs

22 octobre 2012

Présentation du blog

Bonjour à vous qui lisez ces lignes, bienvenue sur mon blog Voyage chez les nouveaux auteurs qui a pour objectif de mettre en avant les ouvrages d'auteurs peu médiatisés à travers des chroniques et des interviews.

Lecteurs, j'espère que vous trouverez ici vos prochaines lectures.

Auteurs et éditeurs, n'hésitez pas à me contacter si vous voulez promouvoir vos livres à l'adresse mail suivante :

voyagechezlesnouveauxauteurs@gmail.com.

 

Je vous souhaite une excellente navigation.

Posté par gaetan2502 à 17:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


23 octobre 2012

Index

A

 

Sophie ABONNENC 

       Créature, Netscripteurs, 2012

 

C

Liliane Cesari-Ferrero

      Les douze élus de Zeus. 01, Aries, Terriciaë, 2013

Collectif

        En attendant l'Apocalypse, Netscripteurs et Nostradamus, 2012 

D

 

David DA SILVA

      Catalepsyan, 2012

G

 

Claire Gilbert

      Léo Dalcan et le cimetière des ombres, Terriciaë, 2013

 

H

 Hoshikaze 2250

       Espèces sans frontières

 

N

 

Adeline Neetesonne

    Eléments, Terriciaë, 2011

      Cytise, femme pirate, Terriciaë, 2012

 

 

 

P

 

Christiane Peugot

       La mère Aragne, Persée éditions, 2012

 

R

 

Louise Roullier

          Les tribulations amoureuses de Poseïdon, Netscripteurs éditions, 2012

 

S

Gala de Spax

         Native tome 1, Sharon Kena, 2012

 

 

 

T

 

Laure Toussaint

       Kunoichi et le Samouraï, Terriciaë, 2012

W

 

Julian Writer

       L'Ordre des Farlings, Mon petit éditeur, 2011

 

 

Posté par gaetan2502 à 16:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 octobre 2012

Les tribulations amoureuses de Poseïdôn de Louise Roullier

Aujourd'hui, je vais vous parler du roman Les tribulations amoureuses de Poseïdôn de Louise Roullier, paru récemment chez les Netscripteurs éditions. Tout d'abord, un petit coup d'œil sur la couverture et le résumé :

 Louise_Roullier

 

Aimer est fort simple pour un dieu de l'Olympe, dans un monde qui se plie au moindre de ses désirs. Poseïdôn, le fringant Seigneur des mers, ne compte d'ailleurs plus ses amantes. Il les séduit toutes, surtout les femmes de la lignée d'Éolos. Et à tous ceux qui voudraient avoir autant de succès, il dispense généreusement ses divins conseils. Grâce à ses récits, apprenez à rivaliser avec des dieux-fleuves, à métamorphoser des ex en péril ou à ne pas engendrer d'enfants de seize mètres !

Aimer est dangereux pour une femme de Grèce, dans un monde où seule compte la volonté des hommes. Et le puissant Éolos, roi de Thessalie, veut garder chastes ses nombreuses filles : il souhaite conclure, en les mariant, de nobles alliances. Mais peut-il empêcher la princesse Mélanippé de s'enflammer pour un inconnu ? Peut-il réprimer la passion interdite qui ronge Canacé ? Le désir va pousser les deux jeunes femmes à transgresser l'ordre établi, au risque d'encourir la vengeance des hommes et la punition du ciel.

Avec un humour décalé et corrosif, Louise Roullier (alias Tlina pour les blogueurs) dépoussière quelques légendes grecques méconnues. Le divin Poseïdôn remet les clepsydres à l'heure et défend sa réputation de séducteur, tandis que les pauvres mortelles en subissent les tragiques conséquences

 

 

Ce n'est pas le premier roman des Nestscripteurs que je lis. J'ai déjà eu la chance d'avoir entre les mains leurs trois premières publications. J'ai été conquis à chaque fois. Les tribulations amoureuses de Poseïdôn n'ont pas fait exception à la règle. Dans cet ouvrage, Louise Roullier nous propose deux nouvelles, toutes les deux ayant pour fil conducteur les amours du dieu Poseïdôn. Si l'une est écrite sur  un ton comique, l'autre est plutôt sous le signe de la tragédie.

Commençons par la première : « Conseils de drague du dieu Poseïdon » ! Dans un style fluide et prenant, Louise Roullier nous fait découvrir (ou redécouvrir) des histoires de la mythologie grecque avec un humour mordant. J'avoue que je me suis pris à rire à de nombreuses reprises, d'autant plus qu'il y a plusieurs allusions à notre société d'aujourd'hui (Bon, parfois un peu trop, mais c'est le seul bémol que je mettrai dans cette critique). Bref, on lit les conseils de drague du dieu des mers avec une grande addiction et en buvant chaque parole. Un vrai régal, surtout pour un amateur de la Grèce ancienne comme moi. Dans cette nouvelle, Louise Roullier lie habilement détente et apport de connaissances de la mythologie grecque.

En ce qui concerne la seconde histoire, « La tour sombre », le style de l'auteur est toujours aussi efficace. Dans un registre plus sombre, on découvre la mauvaise condition des femmes à l'époque de la Grèce ancienne. On suit les aventures de deux jeunes femmes, qui succombent toutes les deux à un amour interdit. J'ai été très pris dans cette nouvelle pour plusieurs raisons. Les personnages principaux sont attachants, le suspens est au rendez-vous et l'écriture s'est révélée être plus prenante que celle de la première partie de l'ouvrage.

Vous l'avez compris, je vous conseille vivement de lire le premier roman de cette jeune romancière prometteuse.

Posté par gaetan2502 à 17:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 novembre 2012

La Mère Aragne de Christiane Peugot

Titre : La Mère Aragne

Auteur: Christiane Peugot

Editeur: Persée

Date: 2012

51qg1IQqGAL

 

 

RésuméFrançois, 21 ans, brillant étudiant à Sciences Po, se veut le Pygmalion de Catherine, gamine de 16 ans. Résolu à l'épouser, il lui déclare?: « Je ferai de toi un autre moi-même. » Déstabilisée par des parents qui s'entredéchirent et la rivalité avec une mère encore jeune qui veut l'empêcher d exister, Catherine se retrouve fiancée. Chez François, elle découvre une famille très catholique, aux principes rigides, qui s'oppose à son propre milieu, protestant, plus libéral mais sourdement culpabilisant. Catherine réussira-t-elle à rompre des fiançailles qu'elle s'est laissée imposer par un excès de gentillesse nommé faiblesse?

 

 

Je dois avouer qu’au début de ma lecture, j’ai eu très peur. Le style de l’auteur m’avait paru très maladroit et surtout pas très compréhensible. Je pensais alors que j’allais subir les 376 pages de ce roman. Finalement, au fil des pages, j’ai réussi à rentrer dans l’histoire et à vouloir connaître la suite.
L’histoire est intéressante surtout pour ses personnages hauts en couleur, chacun ayant un trait dominant dans leur caractère qui est mis en avant. Cela donne de nombreux conflits dans le récit, d’autant plus que l’héroïne ne supporte pas sa condition de femme des années 1950. Tout ce qu’elle recherche, c’est agir comme elle l’entend mais dans sa quête elle se retrouve face aux préjugés de l’époque sur les femmes et face à une mère exécrable. Sans être un thème original, on se laisse voguer dans les mésaventures de Catherine, d’autant plus qu’elle s’est enfermée dans un mariage qu’elle ne désire pas. En outre, on se retrouve à penser comme l’héroïne : les personnages qu’elle rencontre, soit on les aime, soit on ne les aime pas. Toutefois, le livre connaît quelques longueurs et nous livre des passages qui auraient pu être écourtés voire supprimés. En effet, certaines scènes nous paraissent redondantes, et on peut se dire que l’auteur aurait mieux fait de ne pas les insérer dans la maquette finale.
Au niveau du style, l’auteur utilise le présent, ce qui fait qu’on a réellement l’impression que les scènes décrites se déroulent sous nos yeux. On les vit avec les personnages, ce qui est un plus. Cependant, j’ai relevé quelques maladresses, mais rien de bien dérangeant au final pour la lecture car, en général, ça reste fluide.
Pour conclure cette chronique, La mère Aragne est un livre sympathique à lire, mais n’est pas pour autant un coup de cœur.

 

 

Nota Bene: Cette chronique a été publiée sur le site des agents littéraires.

Posté par gaetan2502 à 17:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 décembre 2012

L'Ordre des Farlings de Julian Writer

Titre: L'Ordre des Farlings

Auteur: Julian Writer

Editeur: Mon petit éditeur

Date: 2011

 

L'Ordre des Farlings

 

 

Résumé: Cela fait maintenant plus de dix mille ans que l’Ordre maintient la paix dans la galaxie. Adolescents entraînés dans l’art de la guerre, les Farlings combattent sans relâche les troupes des Seigneurs Danthrozian. Leur principale arme : le Wolgarnos, une puissante armure volante dotée d’un arsenal hors du commun. Composée de Jakk, Dextron et Mackdos, l’Unité C-25 avec à sa tête le Capitaine Zhane devra faire face à des ennemis redoutables afin de peut-être remporter une bataille au milieu d’une guerre déjà perdue d’avance…

 

Bien qu’étant un assez bon livre, L’Ordre des Farlings laisse un goût d’inachevé. Je m’explique. A la place de L’Ordre des Farlings le livre aurait très bien pu s’appeler Zhane et Amanda. En effet, la lutte contre les troupes des Seigneurs Danthrozian se retrouve en second plan de l’intrigue, au profit de l’histoire d’amour entre le personnage principal, Zhane, et la fille de ses rêves, Amanda.

Je ne dis pas que cette histoire n’a pas sa place dans le roman, au contraire.Ces deux personnages se révèlent attachants et on suit avec plaisir la progression de leur relation tout au long du livre. Mais malheureusement, l’auteur se concentre sur ces deux personnages et oublie les autres. Les personnages secondaires tels que Jakk ou Mackdos sont peut présents dans le livre alors qu’ils sont tout aussi intéressants. J’aurais aimé un travail plus en profondeur de ces personnages secondaires.

Parlons maintenant du fond de la trame : la lutte contre les Seigneurs Danthrozian. Cette lutte est bien présente dans le roman, mais elle manque également de profondeur. Les méchants de l’histoire se révèlent caricaturaux. Ils sont presque ridicules. De plus, on ne comprend pas très bien comment marche leur organisation, ni quel est leur but. Dommage !

De même, on ne saisit pas vraiment comment la galaxie fonctionne. Comment est–elle organisée ? Comment l’Ordre des Farlings est venu au monde ? J’aurais aimé plus de précisions. Le potentiel est là, mais l’auteur n’est pas allé assez loin dans le travail de son œuvre à mon goût.

Pour ce qui est du style d’écriture, je peux dire que l’auteur a une bonne plume malgré quelques maladresses. Donc, Julian Writer se révèle être un auteur avec un fort potentiel et qui peut encore mieux faire pour nous livrer un excellent roman. Mon seul souhait : que le deuxième tome de sa trilogie surpasse L’Ordre des Farlings.

 

Posté par gaetan2502 à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


04 janvier 2013

Créature de Sophie Abonnenc

Titre: Créature

Auteur: Sophie Abonnenc

Editeur: Netscripteurs

Date: 2012

Prix:  2, 50 €

 

51FeWJVzmwL

Résumé: Dans une ambiance onirique chère à l’auteur, « créateur » et « créature » se rencontrent et, à travers leurs échanges, dévoilent le jeu de la création. Sophie Abonnenc vous emmène aux frontières du rêve et de la réalité, dans un hymne à la créativité artistique.

 

 

Cette chronique sera courte puisque Créature est une petite nouvelle de 30 pages. Ce n’est pas le premier écrit que je lis de Sophie Abonnenc. J’ai fait la connaissance cet auteur avec son premier roman Prophets, paru en 2008 chez le même éditeur (une chronique de ce livre viendra prochainement sur ce blog). J’avais été conquis et c’est donc sans hésiter que je me suis procuré ce petit livre doté au passage d’une couverture simple mais efficace. Une fois encore, l’auteur m’a séduit. En général peu adepte des nouvelles, je me suis pourtant laissé emporter par son écriture poétique et son histoire qui mêle rêve et réalité. Sophie Abonnenc nous trouble en décrivant la relation qui existe entre un créateur et sa créature ; et les écrivains en herbe se retrouveront probablement dans cette nouvelle tandis que les autres pourront plonger directement dans la tête d’un créateur. Bref, laissez-vous tenter ! Ce petit texte vaut le détour.

 

 

 

 

Cinq questions à Sophie Abonnenc

 

1/ Pour commencer cette petite interview, une petite présentation pour ceux qui ne vous connaissent pas ?

 

Sophie, ou SoFee, tout dépend les jours, les univers, et les œuvres !

Actuellement à Lyon et libraire (j’ai eu l’occasion d’occuper de nombreux emplois dans de nombreux endroits) j’ai toujours été mordue de littérature, de livres, d’histoires, de contes, de merveilleux. J’écris depuis que je sais écrire, je lis depuis que je sais lire – comme tout le monde me direz-vous ! Peut-être, peut-être pas. Vu que ce monde-ci me consterne parfois et me semble toujours un peu vide d’essentiel, je ne me lasse pas de me perdre dans les histoires vraies ou rêvées, je ne me lasse pas de lire et d’écrire – sauf quand mon boulot me prend tout mon temps, ce qui arrive aussi parfois…

Je suis publiée aux Netscripteurs éditions, sous le pseudo de SoFee pour ma saga Prophets (deux tomes publiés, un troisième en cours de création), et sous le pseudo de Sophie pour Créature, ma petite dernière !

 

2/ Comment est venue l’idée de cette petite nouvelle ?

 

Je ne sais pas, disons plutôt qu’il n’y a pas eu d’idée préétablie, plutôt une envie, une inspiration, et également que depuis longtemps je voulais écrire quelque chose sur ces émotions et ces sentiments qui me prennent à la gorge quand je veux créer quelque chose et que je ne sais pas exprimer cette chose à l’oral. L’oral n’est pas mon fort, je préfère croire que je me débrouille mieux à l’écrit : comme il m’a toujours été compliqué de dire ce que je ressens, Créature est un instantané de ces sentiments qui m’agitent quand je me mets à créer. J’ai appris à écrire des textes courts depuis peu, et un moment je m’amusais à ne faire que ça, des jets d’idées et de mots qui devaient finalement s’assembler, se lier et se connecter pour donner naissance à un sens, une fin, une histoire. Créature est l’un d’eux, sauf qu’elle a eu droit à être publiée !

 

3/ Créature raconte la relation d’un créateur avec sa création, quelle est votre relation avec les personnages issus de votre imagination ? Est-ce aussi fusionnel que dans votre nouvelle ?

 

Complètement ! D’ailleurs, Créature est un autoportrait : ce que vit cet homme enchainé à sa créature d’encre et de papier, je le vis chaque fois que je me plonge dans une nouvelle chimère, dans l’envie d’un nouveau récit, dans les continuités d’un autre. Mes personnages de papier sont autant de petites parcelles de moi que j’aime faire jouer dans ma tête et sous mes yeux, dans le décor de théâtre que je leur tisse : je me projette en eux, j’expérimente des vies et des choix que je ne pourrais ou n’oserais jamais faire, j’imagine ce que c’est que mourir, ou tuer, ou côtoyer le merveilleux… C’est une mini thérapie personnelle, en quelque sorte ! (ou une schizophrénie un peu démesurée…)

 

4/ Un mot sur vos futurs projets ?

 

Prophets tome 3, qui tarde à se montrer ; j’ai en même temps un manuscrit dont la première partie a eu droit à une relecture par un ami écrivain, c’est un projet que je mène doucement mais surement, et qui je l’espère aura la chance de voir le jour lui aussi. Plutôt aux accents steampunk et fantastiques cette fois, mais toujours hanté de personnages hauts en couleur et qui me sont très chers. Bref, de quoi s’occuper quand par miracle on n’a plus rien à faire !

 

5/ Carte blanche : que voulez-vous dire pour finir ?

 

Merci, d’abord, à toi et à tous ceux qui soutiennent les Netscripteurs depuis le début où ont pris le train en marche. Puis merci pour mettre en avant Créature, qui, avec son format de mouchoir de poche, pourrait bien passer inaperçue ! Bonne lecture enfin à ceux qui se plongeront dans mes histoires, et qui y trouveront leur bonheur – ou un petit morceau de ce que ça pourrait être, le bonheur…

Au plaisir de vous rencontrer sur un salon, ou au détour d’une ligne,

Sophie.

 

 

Posté par gaetan2502 à 21:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 janvier 2013

Kunoichi et le Samouraï de Laure Toussaint

Titre : Kunoichi et le Samouraï

Auteur : Laure Toussaint

Editeur : Terriciaë

Date : 2011

 

518qVSb-5JL

 

 

Résumé : Un « romanga » palpitant, une aventure au coeur d’un Japon bousculé par les Tokugawa. C’est parce qu’elle n’est pas née de l’amour, que Namiko Haïko est ce qu’elle est : une guerrière impitoyable, un mercenaire de l’ombre capable sans regret, ni remords d’occire pour une poignée de Ryo… Une Kunoichi vindicative. Son apprentissage du Ninjutsu est terminé. Son Senseï la presse de quitter le sanctuaire de son école… « Alors, lui aussi m’abandonne, comme tous les autres avant lui ! » De sa triste naissance elle ne garde que de l’amertume et de la rage envers ce monde qu’elle exècre, mais aussi une lettre (un legs pathétique) où figurent cinq noms. Cinq noms qu’elle grava dans sa mémoire à tout jamais. C’est pour ces cinq patronymes qu’elle va parcourir son pays dans un seul but : la vengeance !

Ailleurs, dans la région de Kanto, un autre drame va se jouer ; celui de Tsubaki Tatsuya, jeune Samouraï adepte du Bushido. Il devra quant à lui prouver son innocence…
Deux guerriers, deux arts martiaux, un homme et une femme, deux idéologies, deux destins… une histoire : la leur !

 

 

Pour commencer cette chronique, je tiens tout d’abord à féliciter l’auteur pour tout le travail qu’elle a dû entreprendre en termes de documentation sur le Japon de cette époque, mais également sur les Samouraïs. Au fil de ma lecture, j’ai été surpris par la précision de certaines descriptions et par le vocabulaire. Il faut dire aussi que Laure Toussaint nous montre, pour un premier roman, une écriture recherchée, rythmée et presque poétique. Souvent, j’ai été bercé par ses mots même s’ils étaient parfois violents et que quelques coquilles se sont glissées. Le style d’écriture est, selon moi, le point fort de ce roman.

Les deux personnages principaux se révèlent attachants. Le passé d’Haïko fait d’elle une personne complexe, à la fois froide et forte mais aussi fragile. Quant à Tatsuya, il paraît effacé au début mais à partir du moment où il rencontre Haïko, son personnage prend de l’épaisseur et nous le voyons essayer de lutter entre son amour pour Haïko et ses convictions. D’ailleurs, l’histoire d’amour entre ces deux personnages est d’une grande force.

L’histoire est donc attrayante avec des scènes de combats réalistes et un suspens qui nous pousse à vouloir connaître la fin. Malgré tout quelques aspects du roman m’ont moins convaincu. J’ai trouvé que la quête d’Haïko était trop facilitée par d’heureux hasards et c’est bien dommage. J’aurais aimé que l’intrigue liée à sa vengeance soit plus étoffée avec plus d’obstacles à franchir. La fin est surprenante, mais là encore j’aurais aimé que l’auteur aille plus loin, surtout en ce qui concerne l’histoire d’Haïko.

En conclusion, un premier roman plaisant d’une romancière prometteuse, que je vous conseille vivement de découvrir.

 

 

 

Posté par gaetan2502 à 18:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 février 2013

Native tome 1 de Gala de Spax

Titre : Native tome 1

Auteur : Gala de Spax

Editeur : Sharon Kena

Date : 2012

 

 

native,-tome-1-2904452-250-400

 

 

RésuméLouna est une belle trentenaire qui mène une vie paisible jusqu'au jour où son père lui apprend qu'elle n'est pas une simple humaine. Elle a une particularité singulière et doit vivre avec, mais cette différence l'oblige à suivre un chemin qu'elle n'avait pas prévu d'emprunter, ... l'amour. A travers sa quête, Louna fait la connaissance de nouvelles espèces et traverse l'univers pour découvrir qui elle est vraiment.

 

 

            Après un début où la vie de Louna, l’héroïne, nous fait penser à celle de Bridget Jones ou bien à celle de Carrie Bradshaw dans Sex and the City, l’auteur nous plonge dans une mythologie intéressante, mêlant habilement le vampirisme et la Bible ; et représentée par des Natifs, des êtres qui purifient la Terre en suçant le sang des personnes qui mettent l’humanité en danger. L’univers crée par Gala de Spax est, selon moi, le point fort de ce roman. On découvre avec plaisir l’histoire des Natifs, mais également les autres créatures imaginées par la romancière.  En outre, révélations et rebondissements sont au rendez-vous à chaque page, tenant ainsi le lecteur en haleine et le poussant à vouloir connaître la suite.

 

Malheureusement, l’histoire est ternie par des redondances, notamment en ce qui concerne les interactions entre les deux personnages principaux, Louna et Arakel. Leur « je t’aime, moi non plus », qui dure tout au long du roman, est amusant au début mais devient agaçant sur la fin. Du coup, je me suis mis à moins apprécier ces personnages. En effet, en ce qui concerne les protagonistes de l’histoire, mon intérêt s’est plutôt porté sur les personnages secondaires. Toujours dans l’histoire, j’ai relevé également quelques incohérences, mais rien de bien dérangeant dans le déroulement du récit. En revanche, le roman contient quelques scènes de sexe et de violence qui peuvent perturber le lecteur. Personnellement, ça n’a pas été mon cas.

 

Quant au style de Gala de Spax, je l’ai trouvé assez plaisant malgré quelques maladresses dans les formulations. L’écriture est fluide et l’auteur n’utilise qu’un vocabulaire simple qui permet à chacun de comprendre ce qu’elle veut dire.

 

Pour finir cette chronique, je dirais que Native tome 1 est un roman fort sympathique en dépit de quelques défauts avec une mythologie intéressante. D’ailleurs, j’ai envie de continuer à explorer le monde de Louna donc attendez-vous à ce que je revienne prochainement avec la chronique du tome 2 qui est sorti fin septembre 2012.

 

 

Nota Bene : Cette chronique vaut pour la première édition de l'ouvrage.

 

 

Six questions à Gala de Spax

 

1/ Pour commencer, pouvez-vous vous présenter en quelques mots pour ceux qui ne vous connaissent pas ?

Bonjour, je suis écrivain aux éditions Sharon Kena depuis un an. J’ai écrit la série Native en 5 tomes ainsi que Laurelenn qui vient tout juste de sortir. J’ai aussi publié deux petits « one shot » pour permettre aux lecteurs de connaître mon univers à tout petit prix (moins d’un euro).

2/ Comment sont nés Louna et son univers ? Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Louna, comme tous mes personnages, est née de mon unique inspiration. Je n’ai pas cherché à l’inventer ou à travailler son caractère ni son physique. Elle était comme ça et pas autrement (lol). Lorsque j’écris, mon esprit se téléporte (si on peut dire ça) dans un autre univers et je ne contrôle pas ce que je vois, ni ce qui se passe. J’écris ce qui se déroule autour de moi, tout simplement. Il m’est donc impossible de vous expliquer comment est née Louna. Concernant les sources d’inspiration… eh bien, je n’en ai pas. Je ferme les yeux et… que l’aventure commence !

3/ Quel est votre personnage préféré dans Native 1 ? Pourquoi ?

Dans Native 1, mon personnage préféré est Louna car j’ai vécu cette histoire à travers elle et j’ai ressenti ses émotions, sa peur et sa peine. Difficile de ne pas s’attacher dans ces conditions…

4/ Certains passages du roman se déroulent au Moyen-Orient. Comment avez-vous travaillé ces scènes ?

Avant d’écrire, j’ai regardé quelques photos sur l’Irak dans Google images et puis, j’ai laissé mon imagination faire le reste. J’ai tout inventé. Il n’existe pas de palais comme celui d’Arakel en plein désert et encore moins de dragons dans le sable (enfin, j’espère… loool).

5/ Pouvez-vous nous donner quelques éléments sur la suite des aventures de Louna ?               

La pauvre Louna, elle va en baver !!

Dans les tomes suivants, elle quitte la Terre et traverse l’univers pour visiter des tas de planètes (Paloya, Naïa, Sinaï, l’Enfer). Elle va rencontrer des créatures étranges et sanguinaires… mais aussi l’amour !

6/ Pour terminer, carte blanche.

Puisque j’ai carte blanche, j’en profite pour parler de Laurelenn, mon nouveau roman. C’est l’histoire d’une jeune fille qui se transforme en chatte et qui va, sous sa forme animale, assister à un meurtre. Tout comme Native, il s’agit d’un roman pour les plus de 16 ans (attention donc si vous avez une âme sensible…).

Je vous remercie pour cette interview.

 

Posté par gaetan2502 à 16:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 mars 2013

Espèces sans frontières d’Hoshikaze 2250

Titre : Espèces sans frontières

Auteur : Hoshikaze 2250

 

Recueil-3-Especes-sans-Frontieres

 

Résumé« Année 2250. Neuf espèces se partagent plus d’une centaine de planètes habitées et quelques milliers de systèmes explorés. D’innombrables factions coopèrent et s’affrontent. Des navires variés allant des petits caboteurs interplanétaires aux immenses astronefs hyperspatiaux, parcourent en tous sens les systèmes stellaires et les routes de saut qui les relient, affrontant chaque jour le vaste territoire sans loi ni ordre de l’espace libre. Sur les planètes et les stations comme dans l’immensité du vide, des drames se nouent, mêlant diplomatie, commerce et guerre larvées.

Dans ce  futur vaste et complexe, vous rencontrerez des individus libres, issus de toutes les espèces et les cultures, confrontés à un monde hostile, mais toujours animés par l’espoir de changer leur destin, voire peut-être d’écrire l’Histoire. »

 

Hoshikaze 2250 est un projet original mené par plusieurs auteurs. Il s’agit d’un univers créé collaborativement, permettant ainsi de construire un univers complexe, mais riche. En effet, à travers les 12 nouvelles d’Espèces sans frontières, j’ai découvert avec plaisir l’immensité de cet univers avec ses mondes différents des uns des autres et ses personnages intéressants. Cependant, la richesse de l’univers peut être aussi déroutante. À plusieurs reprises, je me suis retrouvé perdu dans les histoires. Heureusement, il y a un guide à la fin du recueil, mais j’aurais préféré avoir, à chaque début de nouvelle, des informations liées à l’histoire. Peut-être que j’aurais ainsi mieux apprécié ma lecture. Voici à présent, une petite présentation des trois nouvelles que j’ai le plus appréciées :

- Dîtes, vous savez qui je suis ? de Philippe HALVICK : Première nouvelle du recueil et première histoire entraînante. Un homme amnésique se retrouve à protéger un groupe d’enfants après s’être écrasé sur un monde hostile. Bien écrite avec des personnages travaillés, la nouvelle réserve une surprise de taille vers la fin.

- Shadow Complex de Boris BOUARD : Nouvelle autour d’un match de Hard-Ball sous fond de vengeance.  Là aussi, nous avons une petite histoire prenante et bien écrite.

- L’étoffe des héros de Patrick CIALF : L’histoire touchante d’une grand-mère qui se bat contre une société rigide. Une nouvelle bien amenée avec un style plaisant et là encore, des personnages attachants.

Vous l’avez compris, Espèces sans frontières est à découvrir. J’espère que les auteurs iront plus loin dans la construction de ce monde et qu’ils nous offriront d’autres histoires. Pourquoi pas une saga à la Star Wars ou à la Star Treck ? Écrite par plusieurs écrivains, ce serait très prometteur. À suivre.

 

 

Posté par gaetan2502 à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 avril 2013

Eléments d'Adeline Neetesonne

Titre : Éléments

Auteur : Adeline Neetesonne

Éditeur : Terriciaë

Date : 2011

Prix : 12 €

 

 

 

51dpEi-NkOL

 

Résumé : Julia, Philippe, Amélie et Abdil vivent des existences dissemblables mais ordinaires, chacun ayant un pouvoir qui lui est propre et lié à un des éléments de vie, jusqu'au jour où une fillette les contacte et les convie à un rendez-vous mystérieux. À ce moment-là, ils découvrent pourquoi ils possèdent ces dons et se retrouvent acteurs d'une guerre apocalyptique dans laquelle ils doivent déterminer qui est réellement leur ennemi.

 

Premier livre d’Adeline Neetesonne que je découvre et je ne suis pas déçu du voyage. Eléments est un roman qui vous fera passer un agréable moment de lecture. Pourquoi ?

Tout d’abord, parce que les personnages sont très bien travaillés. Dès le début, ils ne laissent pas indifférents. Soit on les aime soit on les déteste (enfin on les aime surtout, il n’y a qu’un personnage qui peut vraiment irriter, mais chut^^). J’ai trouvé très bien la première partie de l’ouvrage qui concerne le passé de chacun des protagonistes principaux. Mon seul regret est la rapidité avec laquelle chacune des histoires est traitée. J’aurais aimé plus de détails. J’aurais également aimé que les relations entre les différents personnages soient plus exploitées dans la seconde partie du roman.

Ensuite, l’histoire d’Éléments est très prenante. Tout au long de l’ouvrage, on se pose des questions, on veut connaître le fin mot de l’histoire. Adeline Neetesonne joue avec nos nerfs et elle le fait bien. Mais là aussi, autre regret : la rapidité de l’action. Tout s’enchaîne trop vite, surtout la seconde partie, et la fin surprenante nous laisse un goût d’inachevé. Tout aurait mérité d’être plus développé et j’avoue que j’aimerais grandement voir une suite arriver.

Enfin, la plume de l’auteur est tout simplement agréable à lire. Simple mais à la fois efficace, Adeline Neetesonne ne nous rebute à aucun moment.

Eléments est donc un roman qui mérite d’être lu malgré l’enchaînement rapide des actions qui gâche un peu l’histoire, surtout vers la fin. Adeline Neetesonne saura vous séduire, et je suis sûr que, comme moi, vous aurez ensuite envie de plonger dans un autre de ses romans. D’ailleurs, je reviendrai vers vous avec la chronique de son quatrième roman, Cytise, femme pirate. En attendant bonne lecture.

 

Cinq questions à Adeline Neetesonne

 

1 / Comme c’est votre première interview sur Voyage chez les jeunes auteurs, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

 

Bonjour !

 

À l’heure actuelle, je suis auteur de cinq romans de fantastique / fantasy, ainsi que de plusieurs nouvelles dans différents styles littéraires.

 

Toutes les informations concernant mes écrits sont disponibles sur mon site http://www.adeline-neetesonne.fr.gd

 

2 / Comment vous est venue l’idée d’Éléments ? Comme avez-vous abordé son écriture ?

 

J’ai écrit ce roman en plusieurs parties, comme des nouvelles qui se suivent et s’imbriqueraient les unes dans les autres. Je pouvais ainsi développer les personnages individuellement, en mettant l’accent sur la psychologie de chacun d’eux.

 

3 / Éléments a quatre, voire cinq personnages principaux. Lequel préférez-vous et pourquoi ?

 

Flora, sans l’ombre d’une hésitation. Elle ressemble à ma fille. Elles sont toutes deux dotées d’une maturité exceptionnelle pour leur âge.

 

4 / La dernière partie de l’ouvrage est très rapide et nous laisse un peu sur notre faim. Pourquoi avoir choisi de terminer l’histoire ainsi ? Une suite va-t-elle voir le jour ?

 

En fait, la dernière partie n’est pas plus courte que les autres. Elle semble rapide car on est dans l’action pure.

 

Je n’aime pas tomber dans les clichés de l’écriture traditionnelle. Je préfère surprendre mes lecteurs par une fin inattendue. Du coup, aucune suite ne paraîtra. À mon sens, ce serait inutile. Ce roman est un thriller fantastique. Lorsque le méchant est découvert, l’histoire est finie.

 

5 / Pour terminer, je vous laisse carte blanche.

 

Je remercie « Voyage chez les jeunes auteurs » pour cette interview, ainsi que tous mes lecteurs, actuels et à venir, pour leur soutien. Je suis toujours étonnée par l’intérêt que le public porte à mes écrits. Et j’espère être à la hauteur de leurs attentes.

 

Posté par gaetan2502 à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,