Titre : Cytise, femme pirate

Auteur : Adeline Neetesonne

Editeur : Terriciaë

Année : 2012

Prix : 23 €

 

51SxgsJ9Y3L

 

 

Résumé : Dans l'Angleterre du XVIIIe siècle, la petite Cytise a été retrouvée seule sur le port de Plymouth, puis adoptée par un riche bourgeois. Devenue adulte et n'ayant conservé aucun souvenir de sa tendre enfance, la jeune femme tentera de retrouver ses parents biologiques. Ses seuls indices la cicatrice d'une vieille brûlure et des rêves récurrents la mèneront jusqu'au Nouveau Monde où, seule, elle devra survivre tout en tentant de retrouver sa famille. Elle finira par se mêler à un équipage de flibustiers et découvrira la signification de son étrange cicatrice. Son père, le plus vil pirate de la mer des Caraïbes, lui avait infligé cette blessure en un rituel barbare, afin de voir sa fille posséder les pouvoirs de la déesse grecque Amphitrite, maîtresse des monstres marins, et d'assurer ainsi sa domination sur tous les océans. Mais Cytise refusera de profiter de ces dons et fera tout son possible pour échapper à son propre père, avec l'aide de son loyal équipage de pirates et, plus particulièrement, du lieutenant Jack Sandman dont elle tombera éperdument amoureuse. Avec son soutien, elle apprendra à maîtriser ses pouvoirs et à devenir une véritable femme-pirate, à la fois redoutée et respectée.

 

         Quatrième roman d’Adeline Neetesonne, l’auteur nous amène une nouvelle fois dans un univers fantastique…mais au XVIIIe siècle et en compagnie des pirates. Fan des histoires de pirates, j’avais hâte de découvrir ce roman, mais je n’en ressors pas tout aussi conquis que je l’ai été avec Éléments.

Tout d’abord, la plume d’Adeline Neetesonne me plait toujours autant. Simple mais efficace, sans descriptions inutiles. Les actions s’enchaînent sans temps mort et on suit avec plaisir les différentes péripéties du roman. Difficile de lâcher le livre sans l’avoir terminé, même si quelques éléments concernant l’histoire et les personnages m’ont déplu.

En effet, si quasiment tous les personnages m’ont semblé sympathiques, j’ai été déçu par le père de Cytise, le Balafré Écossais. Censé être le plus vil pirate de la mer des Caraïbes, je l’ai trouvé, au contraire, pas assez machiavélique pour un pirate. Je m’attendais à ce qu’il ait plus de charisme et surtout à ce qu’il soit vraiment un adversaire redoutable. Il se fait battre beaucoup trop facilement à mon avis, et du coup toute la partie concernant son personnage m’a laissé un petit goût d’inachevé .

En revanche, la seconde partie de l’ouvrage m’a tout de suite intrigué, car plus riche en suspens et en rebondissements selon moi, et avec un ennemi plus charismatique.

Quant à l’histoire d’amour entre Cytise et Jack Sandman, je l’ai trouvée touchante et surtout pleine de surprise. De nombreux obstacles se dressent devant eux, et j’ai trouvé qu’Adeline Neetesonne les faisait réagir de façon très réaliste. C’est une chose que j’ai appréciée.

Enfin, je tiens à rajouter que l’auteur arrive facilement à nous faire voyager. Je suis arrivé facilement à imaginer les scènes et à ressentir l’ambiance du roman.

Donc, sans être un coup de cœur, Cytise, femme pirate a été une lecture agréable qui m’a bien diverti. Alors si vous êtes amateur d’aventure, de romance et de pirate, n’hésitez pas !

 

Cinq questions à Adeline Neetesonne

 

1/ Bonjour, Adeline Neetesonne. C’est votre dernière interview pour Voyage chez les jeunes auteurs. La dernière fois nous avons parlé de votre troisième roman, Éléments et aujourd’hui nous allons aborder votre quatrième, Cytise, femme pirate. Pourquoi les pirates ?

Pourquoi pas ? ;-)

J’avais envie de me retrouver sur un bateau, entourée par l’océan, et sentir les embruns me fouetter le visage. En plus, j’aime bien bousculer les stéréotypes.  Et, en la matière, le thème des pirates est très riche.

2/ L’histoire se déroule au XVIIIe siècle. Est-ce que cela vous a demandé un travail de documentation ?

Oui, évidemment ! Même s’il s’agit d’un univers fantastique, un récit qui se déroule dans un lieu et un temps définis demande un minimum de documentation. Écrire de l’imaginaire n’empêche pas de garder une part de réalisme et de cohérence.

3/ Comment avez-vous construit le personnage de Cytise ?

Comme je crée tous mes personnages. Je me fie à ma propre expérience et à mes connaissances en psychologie pour qu’ils soient les plus crédibles possible. En outre, j’aime bien donner à mes héroïnes certains de mes défauts. Je trouve que ça les rend plus humaines, pour ne pas dire attachantes.

4/ Quel moment dans l’écriture a été le plus marquant pour vous ?

Toute la phase d’écriture est passionnante. Mais le plus marquant a été quand j’ai réalisé que j’avais matière à écrire plusieurs parties (qui auraient pu être des tomes, d’ailleurs).

5/ Merci d’avoir répondu à ces questions. Pour terminer, je vous laisse carte blanche.

Je remercie Voyage chez les jeunes auteurs, et surtout Gaëtan, pour cette interview.

Aujourd’hui, grâce au soutien de mes lecteurs, j’ai pu élargir mon panel d’écriture. Je prends d’autres directions littéraires et découvre des styles différents, ce qui rend l’aventure encore plus magique. Un grand merci à tous !